Après l’Orme, le Frêne … quel paysage pour notre région ?

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Après l’Orme, le Frêne … quel paysage pour notre région ?

Par Nord Actu – Publié le 31 août 2015 à 15 h 43 min

L’Orme est un arbre caractéristique de notre région dont les utilisations étaient multiples : charpentes, mobiliers, haies, etc.  Malheureusement il subit un destin tragique depuis plusieurs décennies.

Apparu aux Pays-Bas autour de 1916, la graphiose se diffusa rapidement dans nos campagnes, mais bien que destructrice, elle se stabilisa quelques années plus tard. Son retour dans les années 70 via l’importation de bois américain en Angleterre acheva le travail de ce champignon qui continue encore aujourd’hui à décimer de nombreux sujets.

La graphiose est un champignon microscopique qui se développe sous l’écorce de l’arbre. Elle empêche la bonne circulation de la sève brute, ce qui provoque un dessèchement de son feuillage. Cette maladie fongique est transportée par un organisme vecteur, un petit coléoptère du nom de Scolyte (de l’Orme).

La plupart des Ormes que l’on peut croiser lors de nos pérégrinations sont le plus souvent des jeunes spécimens car dès qu’ils atteignent 4-5 cm de diamètre, ils peuvent être touchés par la maladie. Les Ormes les plus résistants se retrouvent dans les haies ou bocages entretenus. Mais ces rencontres se font de plus en plus rares, la consigne étant l’abattage afin de limiter la propagation.

Et à présent le Frêne… arbre symbole pour tout peuple germanisé, faisant partie intégrante de nos paysages, était très apprécié pour ces caractéristiques médicinales et ligneuses.

A l’instar de la graphiose de l’Orme, on pense que la chalarose provient d’Asie et qu’elle aurait pénétré le territoire européen via le commerce du bois. Ce champignon est apparu en Pologne dans les années 90. Il traverse l’Allemagne (2005) et arrive dans l’Est de la France en 2008 puis en Artois en 2009. Depuis il n’a cessé de se propager et se retrouve aujourd’hui de la Normandie à la Bourgogne.

La chalarose est une maladie récente causée par un champignon émergeant invasif qui progresse extrêmement vite géographiquement. A la différence de la graphiose, le champignon n’a pas besoin d’un organisme intermédiaire. Il se développe dans l’humus des feuilles et sa dissémination se fait de manière aérienne. Cela entraine une nécrose des feuilles et une infection des rameaux et du collet (base du tronc).

La maladie touche tous les âges bien que les Frênes adultes semblent plus résistants. La chalarose a aujourd’hui conquis tous les pays de l’Europe (à l’exception du sud). Léger espoir, on remarque qu’un faible pourcentage résiste à la maladie…

Le Frêne est dorénavant interdit à la plantation dans l’Est de la France (et déconseillé dans les autres). Beaucoup de ces arbres prennent la direction de la scierie sans avoir été atteint. Un principe de prudence que de nombreux exploitants privilégient de peur de voir leur peuplement touché et ainsi de perdre en qualité.

Tout ceci amène une disparition progressive de 2 espèces qui ont marqué le quotidien de nos ancêtres. La vapeur n’est pas près de s’inverser puisqu’aucune solution n’a été trouvée pour le moment. On peut ainsi se poser la question : Suffisamment de moyens ont-ils été mis en œuvre dans la recherche d’une solution à ces champignons ?

Rédaction de Nord Actu

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *