Le néerlandais, un atout économique de plus en plus incontournable pour notre région

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

10/03/2016 – 08h30 Dunkerque (Nordactu.fr)

Samedi dernier, le 5 mars, avait lieu à Dunkerque une conférence de la Fédération des langues germaniques en France.

Dunkerque n’a pas été choisie par hasard, ville portuaire qui connaît un taux de chômage qui avoisine les 14%  tandis qu’à 20km, à Furnes (Veurne) le taux de chômage ne dépasse pas les 5% !

Dunkerque est une ville flamande qui ne parle plus la langue de ses ancêtres faute d’avoir pu être enseignée, pire d’avoir été interdite.

La Fédération des langues germaniques de France, présidée par Monique Matter, voulait ce samedi attirer l’attention des pouvoirs publics de la nécessité de reconnaître le néerlandais comme langue d’intérêt régional, de la nécessité d’apprendre en priorité la langue de son voisin immédiat. Si certes  la situation de la Flandre française n’est pas tout à fait la même qu’en Alsace, ne serait-ce par le poids démographique, la problématique économique est très proche. Patrick Kleinclaus soulignait qu’avec le recul de l’enseignement de l’allemand en Alsace, ce sont plus de 3000 emplois que la région alsacienne a perdu au bénéfice du Bade Wurtemberg ! Si par le passé le taux de chômage en Alsace était l’un des plus bas de France, depuis quelques années, malheureusement celui-ci se rapproche de la moyenne française.

Le professeur Henri Vaassen, qui enseigne notamment à l’Université de Dunkerque , souligne la nécessité d’apprendre le néerlandais même pour des emplois d’ouvriers, de manœuvres car il s’agit non seulement de comprendre les instructions données mais aussi savoir lire les consignes de sécurité voire pouvoir aussi se défendre le cas échéant.

Monique Matter, partant de l’expérience alsacienne, souligne la nécessité d’enseigner le néerlandais le plus tôt possible, dès l’age de 3 ans dans des classes d’immersion où le français et le néerlandais sont enseignés à parité égale.

Le Président Hollande qui s’est mis, rappelons-nous, comme challenge pour son quinquennat d’inverser la courbe du chômage, trouve ici une des solutions. Nous l’invitons donc à reconnaître au plus vite le néerlandais et mettre les moyens pour l’enseigner. Il  permettra ainsi à nos jeunes de trouver un emploi à proximité de chez eux.

 

Marcel Vannoorenberghe

Crédit photo : DR

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *