Entretien exclusif avec le leader de Génération Identitaire Flandre – Artois – Hainaut

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

17/03/2016 – 19h00 Lille (Nordactu.fr)

Samedi dernier, Génération identitaire menait une action à Calais pour dénoncer la présence migratoire (voir article http://www.nordactu.fr/6286/politique/calais-generation-identitaire-occupe-un-pont-et-bloque-lacces-aux-migrants/). 130 militants ont pris le contrôle de deux ponts (et non pas un pont comme initialement écrit dans la dépêche du 12 mars 2016) reliant la jungle au centre-ville, et en ont interdit l’accès aux migrants. Les images de cette action ont fait le tour du monde.

Suite à cet évènement la justice a décidé de condamner lourdement 3 membres de Génération Identitaire à 3 mois de prison ferme. La presse française traditionnelle a quant à elle traité le sujet avec les mêmes poncifs pour tenter de diminuer l’impact sur le grand public : Génération identitaire est qualifié de « groupuscule », ses militants des « fachos », ses idées « islamophobes » et « racistes ».

La presse traditionnelle ne donne jamais tribune à ces activistes identitaires, pour pouvoir en parler, le meilleur moyen ne serait-il pas de les rencontrer et de leur donner la parole ?

Nord Actu a rencontré Aurélien Verhassel, 31 ans, leader régional de Génération Identitaire, et lui a posé quelques questions.

Calais1

Génération Identitaire à Calais le samedi 12 mars 2016

Bonjour Aurélien, faisons les présentations, quel est votre parcours et pouvez-vous présenter Génération Identitaire ?

Bonjour à tous les lecteurs de Nord Actu, mon parcours militant est à l’image de celui des nombreux jeunes qui aujourd’hui encore rejoignent les Identitaires. J’ai fait mes premières armes au sein du Front National de la Jeunesse en 1999 (Guillaume Luyt était alors Directeur National, il deviendra quelques années plus tard l’un des leaders du mouvement Identitaire) ; comme tout jeune, j’étais en recherche d’action, je désirais brûler mes jeunes années pour une cause qui me dépassait, c’est pour cela que j’ai rejoint le mouvement Identitaire en 2002. D’abord simple militant, je suis aujourd’hui, en 2016, responsable des anciennes provinces de Flandre, d’Artois et du Hainaut (il paraît qu’il faut dire « Hauts-de-France » … L’entreprise de déculturation pour faire oublier aux Français leur plus longue mémoire étant toujours à l’œuvre)

Génération Identitaire est un mouvement de défense des Identités (locales, nationales et européenne) créé en août 2012 et regroupant des jeunes militants et militantes dans toutes les régions Françaises. Génération Identitaire compte actuellement 2 500 membres et plus de 100 000 fans sur Facebook, ce qui fait de nous le 1er mouvement militant de jeunesse du pays et plus que jamais la première ligne face à l’invasion. Le mouvement s’est notamment faire connaître par des actions novatrices telles que l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers ou encore celle de la gare d’Arras. En mai 2015, c’était les locaux de la Commission européenne à Paris qui étaient occupés pour, déjà, contester l’inaction de l’Union Européenne face à la déferlante migratoire.

Le Mouvement connaît aussi désormais des ramifications en Italie, en Autriche, en Slovénie, en République Tchèque, en Allemagne, en Flandre et en Suisse.

Quand on observe les vidéos de votre action à Calais, on est frappé par l’organisation et le nombre de militants de toute la France qui y ont pris part. Comment une telle action est-elle préparée ?

Il est évident que nous ne divulguerons pas nos méthodes, résultat de 15 années de militantisme de terrain. Ce que je peux vous dire, c’est que la réussite de cette action est due à l’abnégation et la détermination de 130 français et européens qui ont préféré traverser la France et faire une nuit blanche pour s’opposer à l’invasion que subit notre pays, quoi qu’il leur en coûte – pendant que d’autres « collectionnent des livres impies, rêvent de complots fantasmagoriques ou de maquis dans les Cévennes » – 130 jeunes ont mis entre parenthèse leurs propres vies afin de lutter pour le bien commun en rendant à Calais et aux Calaisiens – si symbolique soit leur action – ces quelques heures de répit et de liberté.

Vous avez pu tenir ces ponts pendant 2 heures avant que les forces de l’ordre n’interviennent, quel a été l’accueil des calaisiens ?

Après avoir installé des barricades sur les ponts qui mènent à la ville de Calais pour en interdire l’entrée aux clandestins – tout en laissant bien entendu les Calaisiens circuler librement par le biais de barrages filtrants – des calaisiens nous ont rejoint pour prendre part à la défense de leur cité. Je pense notamment à Damien, qui a depuis, adhéré à Génération Identitaire.

Concernant la répression des forces de l’ordre, elle apparaît pour le moins violente et disproportionnée…

Nous avons pour habitude d’opposer une résistance passive aux forces de l’ordre, comme lors de nos autres actions spectaculaires (où nous n’avons par ailleurs jamais été condamnés pour des violences).

Ces mêmes méthodes ont une fois encore été employées à Calais, mais la réponse des autorités fut démesurée et violente ; à nos slogans, ils répondaient par des coups de matraques, même les filles étaient trainées à terre sans ménagement.

Le Préfet avec l’aide de certains policiers zélés tel que le commissaire en charge des opérations – que l’on voit sur l’une de nos vidéos se déchainer sur un militant – ont voulu de faire un exemple, motivés essentiellement par des raisons politiques. Faute de pouvoir nous attaquer sur le fond, ils ont décidé de « casser du patriote » (des plaintes ont d’ores et déjà été déposées à l’encontre de ces policiers).

action calais

Un policier en train de brutaliser un militant de Génération Identitaire à Calais le 12 mars 2016.

3 mois de prison ferme pour vos trois camarades, que pensez-vous de ce jugement ?

J’étais présent lors du procès de mes 3 camarades au tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer afin de suivre les débats et le moins que l’on puisse dire c’est que ce jugement ressemblait davantage aux procédures mises en place durant l’Inquisition qu’à un tribunal indépendant. Le dogme de la bien-pensance, mène désormais ceux et celles qui s’y opposent sur le bucher (fut-il social).

Les militants ne sont en rien coupables de ce dont on les accuse (nous avons de nombreuses vidéos qui le prouvent). Il est clair que ces jugements sont purement politiques ; la grande majorité des débats tournèrent autour des idées politiques des 3 accusés, alors qu’ils étaient à l’origine déférés pour « rébellion ». La haine de la procureure envers les 3 militants de Génération Identitaire était à peine voilée et son intention était évident et sans ambages. Elle déclarait alors que « le contexte politique dans cette affaire est primordial, et que le fait que ces personnes soient insérées socialement devrait être un fait aggravant », cela en dit long sur la justice politique dont ils ont été les victimes.

Comment voyez-vous l’avenir de Génération Identitaire ?

L’avenir de Génération Identitaire n’est ni plus ni moins lié à l’avenir de la France et de l’Europe. Nous sommes actuellement le 1er mouvement jeune de France, on retrouve nos cadres à des places prépondérantes en politique, dans les milieux associatifs, culturels et même dans les syndicats. Notre encrage local est probablement le plus important du pays, nos Maisons des Identités se retrouvent dans la plupart des grandes villes de France, Rouen, Paris, Nice, Lyon et bientôt… Lille. Nos activités métapolitiques sont nombreuses et variées, Cercle de réflexion et de conférences, journée de l’Identité, marche aux flambeaux, aide sociale des « Nôtres avant les autres », club de boxe et d’alpinisme ; pour toutes ces raisons, nous apparaissons déjà pour une grande partie de la jeunesse patriote, comme le seul rempart à l’invasion de notre pays et à la disparition de nos identités.

Comme le disait Dominique Venner, qui s’est sacrifié afin de réveiller les consciences assoupies :

« Notre monde ne sera pas sauvé par des savants aveugles ou des érudits blasés. Il sera sauvé par des poètes et des combattants, par ceux qui auront forgé l’« épée magique » dont parlait Ernst Jünger, l’épée spirituelle qui fait pâlir les monstres et les tyrans. Notre monde sera sauvé par les veilleurs postés aux frontières du royaume et du temps. »

Nous sommes ces poètes et ces combattants postés aux frontières du royaume et du temps, alors, à cette jeunesse qui nous fait confiance et à qui nous faisons également confiance, nous lui disons rejoins nous, rejoins la première ligne, car chez nous une seule place vide : la tienne.

Merci d’avoir accepté de répondre à nos questions.

Site internet : https://www.generation-identitaire.com

Rédaction de Nord Actu

Crédit photo: DR

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *