L’Europe dans le viseur de Daesh

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

19/04/2016 – 19h00 Lille (Nordactu.fr)

L’Etat islamique apparaît sur la défensive au Moyen-Orient. La surface de son territoire, à cheval sur la Syrie et l’Irak, aurait diminué de 22% et ses revenus, majoritairement issus de la contrebande de pétrole, auraient fondu de 30%, conséquences des frappes aériennes menées par la Russie, et la coalition emmenée par les Etats-Unis. Pour faire face à ce contre-coup  financier, l’Etat Islamique a décidé d’augmenter les impôts auprès des populations vivant sur son territoire.

syrie

Bombardement allié en Syrie

Fragilisé dans son sanctuaire, Daesh a décidé d’intensifier ses attaques terroristes en Europe. 1 mois après les attentats de Bruxelles qui ont causé la mort de 32 civils, l’OCAM (Organe belge de coordination pour l’analyse de la menace) par la voix de son directeur Paul Van Tigchelt alerte : « Il y a beaucoup de renseignements, par exemple des signaux que des FTT (Foreign Terrorist Fighters), des combattants en Syrie, voudraient retourner, pas seulement vers la Belgique mais vers l’Europe, pour commettre un attentat »

L’Ocam a décidé de maintenir un niveau 3 (sur une échelle de 4) de menace terroriste pour le territoire belge, ce qui signifie que « la menace est toujours considérée comme grave, possible et vraisemblable ».

Forces spéciales belges

Forces spéciales belges

Le tabloïd allemand Bild publie aujourd’hui une information inquiétante sur les menaces de l’organisation islamiste Boko Haram contre les plages du sud de l’Europe. L’organisation terroriste, qui sévit en Afrique de l’Ouest,  a d’ailleurs changé son nom en Province Ouest Africaine de l’Etat Islamique afin d’acter son allégeance à Daesh. Des renseignements en provenance d’Afrique et transmis par les services de renseignements italiens à leurs homologues allemands, nous alertent sur la planification d’attentats par des djihadistes africains déguisés en vendeurs ambulants sur les plages espagnoles, françaises et italiennes de la Méditerrannée.

Vendeur ambulant

Vendeur ambulant

Aujourd’hui, Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, a dévoilé son « schéma d’intervention » qui va structurer et renforcer  les unités d’intervention françaises face à la menace des tueries de masse.

Les 3 principales composantes de cette force de réaction qui sont le GIGN, le RAID et la BRI se voient considérablement renforcées dans les moyens humains et matériels.

hypercasher

Assaut du RAID et de la BRI à l’Hyper Casher le 9 janvier 2015.

Le GIGN (Groupe d’intervention de la Gendarmerie Nationale) se voit renforcé de 4 nouvelles antennes à Nantes, Tours, Reims et Mayotte. 3 nouvelles unités du RAID sont en cours de création à Montpellier, Nancy et Toulouse. La BRI (Brigade de recherche et d’intervention), dépendant de la préfecture de police de Paris, va doubler ses effectifs pour passer de 100 « opérateurs » à 200. L’effectif total de ces 3 unités passe donc de 800 à près de 1150 personnels.

D’après Cazeneuve, « l’ensemble des agglomérations et territoires les plus sensibles sera ainsi couvert à bref délai ».

Plus question de gueguerres des polices, les différents services vont devoir apprendre à opérer main dans la main selon la règle des « 6 c » : cohérence dans la répartition des unités, coopération, commandement unique, coordination, compétences territoriales gelées, « capacités rares » mises « en partage ».

La France a bien pris conscience d’être en guerre sur son territoire et prend des mesures sécuritaires jamais vues depuis la guerre d’Algérie.

Antoine Decoster

Crédit photo : DR

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *