DES EOLIENNES OFFSHORE VERRONT LE JOUR SUR LE LITTORAL DUNKERQUOIS

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

20/04/2016 – 18h30 Lille (Nordactu.fr)

Le littoral dunkerquois était déjà fortement industrialisé, à cela s’ajouteront soixante éoliennes posées faisant face au front maritime. Ségolène ROYAL vient d’annoncer le troisième appel d’offres sur l’éolien offshore pour Dunkerque expliquant que les conditions d’implantation étaient favorables.

En France, nous avons promulgué la loi 2015-992 de la transition énergétique pour la croissance verte le 17 août 2015, suite à la directive européenne 2012/27/UE obligeant les Etats membres à revoir leur modèle énergétique en imposant un objectif de réduction de 20% pour 2020 des énergies dites primaires.

Dès 2014, la construction de 6 parcs éoliens offshore est planifiée sur les littoraux allant de la Manche à l’océan atlantique pour permettre une production de 3000 MégaWatts (MG). L’objectif 2020 est de produire 6000 MW. Raisonnablement cet objectif ne sera pas atteint, d’autant que certains parcs n’entreront en service qu’à partir de 2018.

La mer Méditerranée verra, elle-aussi, l’installation de son parc éolien flottant à l’horizon 2017. Il est à noter qu’une éolienne produit seule 8 MG, tourne en mer à 35 % de sa capacité et coûte à l’installation entre 2 et 4 millions d’euros par MG.

L’objectif 2030 pour la France sera de développer 21 GigaWatt (GW). Cet objectif fait suite aux engagements pris par les Etats membres de l’Europe pour la transition énergétique lors de la COP 21. En Europe, le Royaume Uni s’est engagé à produire entre 33 et 40 GW et l’Allemagne, 25 GW.

Quels sont les avantages de l’éolien offshore ?

  • En plus d’être une énergie durable, l’éolien en mer produit plus qu’à terre. Sa capacité de production augmente de plus de 10 % par rapport à la production sur terre qui plafonne à 25%.
  • Les parcs éoliens, en service, devrait produire avec 3000 MG, 9,2 TWh (un réacteur nucléaire produit 7 TWh), soit 1,7% de la production électrique française*. Avec 6000 MG, cela représentera 3,4 % contre 2,9 % par l’éolien sur terre.
  • L’éolien crée de la croissance verte, c’est-à-dire de l’emploi dans la fabrication, le montage, la maintenance et l’entretien aux dires des retours d’expériences britanniques et des promoteurs.

Quels sont les inconvénients de l’éolien offshore ?

  • La dénaturation du littoral est un frein pour les amoureux de la nature. De plus, les éoliennes ne peuvent pas toujours être installées loin du front de mer pour des raisons de profondeur.
  • Les pêcheurs se trouvent freinés dans leur activité de pêche, ceci est le problème principal. Des collectifs se sont organisés pour empêcher les projets d’aboutir.
  • Les impacts sur la faune marine et les oiseaux migrateurs auraient des effets temporaires et durables selon l’étude** de l’Union Nationale pour la Conservation de la Nature. Le bruit lors de la construction ferait fuir certaines espèces de poissons, les ondes sonores déstabiliseraient les dauphins et les phoques sur un rayon de plus de vingt kilomètres. Les promoteurs se positionnent en conquérants et « chassent » des espèces comme les baleines des endroits qu’ils convoitent.
  • Lorsque l’éolienne est démantelée le socle en béton demeure. Comment traiter la corrosion ?
  • La production constante annuelle semble difficile à atteindre car les vents forts ne le permettront pas. Il faudra stopper les turbines à distance à partir du port. Comment stocker l’énergie produite ?

L’ambition affichée de la France est de plafonner la production d’énergie électrique d’origine nucléaire à hauteur de 63,2 GigaWatt, soit une part de la production totale réduite à 50% à l’horizon 2025. Cependant, il reste encore de nombreux problèmes à solutionner.

Il est encore temps de profiter de la beauté de nos côtes….sans éoliennes !

Marie-Simone POUBLON

* bilan RTE 2013

** greening blue energy (2010)

Crédit photo: DR

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *