OVV a fêté ses 50 ans ce samedi 21 mai

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

25/05/2016 – 17h45 Lille (Nordactu.fr)

Ce samedi 21 mai , OVV (Overlegcentrum van Vlaamse Verenigingen) , la fédération des associations flamandes fêtait à Bruxelles ses 50 ans d’existence.

Robrecht Vermeulen, docteur en médecine à Louvain, devait présenter en ouverture un rapide historique de cette fédération pour laisser la parole à Bart Maddens, professeur à la Faculté de Louvain. Celui-ci exposa les rapports difficiles que peuvent avoir les associations vis à vis des partis politiques. Il n’est pas toujours facile de garder son indépendance vis à vis du pouvoir, et parfois les relations peuvent être compliquées, voire hélas de temps en temps ambiguës.

IMG_2156

Jules Gazon

Le temps fort de cette manifestation reste assurément l’intervention du professeur wallon, Jules Gazon, professeur émérite de l’université de Liège. Ce n’est pas parce qu’il s’est exprimé en français dans cette assemblée néerlandophone mais plutôt par les propos qu’il a tenus et qui méritent toute notre attention et qui devraient être largement diffusés en Wallonie.

Le professeur Jules Gazon , en effet , ici ne manque pas de courage. Il ne cache pas que si la Flandre cessait de soutenir la Wallonie ( près de 12 milliard d’euros par an de transfert quand même) la Wallonie serait dans la même situation que la Grèce de 2009. Notre intervenant ne cache pas que si la Wallonie veut s’en sortir il faut qu’elle prenne clairement et sans détour les problèmes à bras le corps, sans se voiler la face comme depuis trop d’années. La Wallonie hérite certes d’une situation économique difficile , mais les pouvoirs publics n’ont pas eu le courage de vouloir régler les problèmes, se reposant sur la solidarité nationale « belge ».

Le professeur Gazon évoque certes la possibilité de créer une euro-région avec Bruxelles-Capitale mais il n’ignore pas que jamais les Flamands ne vont abandonner leur capitale. Alors faut-il envisager un rapprochement avec la France ? Pas sûr que les Wallons soient vraiment séduits par cette perspective même s’il existe un mouvement rattachiste en Wallonie. Et de conclure « qu’il faut dire la vérité aux Wallons pour qu’ils acceptent de s’inscrire dans l’effort nécessaire qui sera de longue durée ».

Cette rencontre fut agrémentée par des interludes musicaux assurés par le groupe folklorique Tantris.

Une agréable réception, amicale et chaleureuse, devait conclure cette rencontre de cette fédération qui compte près d’une quarantaine d’associations dont pas moins de 3 de Flandre française.

Le groupe Folk Tantris

Le groupe Folk Tantris

Marcel Vannoorenberghe

Crédit photos: DR

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *