Camp de la Linière à Grande-Synthe : MSF abandonne la gestion à l’Etat

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

30/05/2016 – 19h45 Dunkerque (Nordactu.fr)

Ce lundi, Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse étaient en visite officielle au camp de la Linière de Grande-Synthe. Au programme, visite des installations et officialisation de la gestion du camp par l’Etat. A l’origine, ce camp, succédant à celui du Basroch, avait été ouvert conjointement par le maire EELV, Damien Carême, et Médecins sans frontières, sans l’aval du gouvernement. En effet, un contrôle du camp avait mis en évidence les manquements en matière de sécurité. Peu importe, 2500 migrants, majoritairement des jeunes hommes, avaient pris possession des abris tout confort financés par les subventions et dons reçus par les associations aux commandes du camp.

Des migrants au camp de la Linière de Grande-Synthe.

Des migrants au camp de la Linière de Grande-Synthe.

L’Etat a finalement toléré le campement, même si les occupants prenaient régulièrement d’assaut l’A16 toute proche, et que les violences causées par les passeurs et les no-borders défrayaient la chronique trop souvent. Entre temps, les associations MSF et Utopia 56 (dont les membres sont plutôt habitués à organiser des raves party que des camps humanitaires) tiraient la sonnette d’alarme, complètement débordées par le comportement des migrants, et le manque de moyens financiers pour gérer les installations.

Damien Carême, qui s’était à l’époque passé de l’accord des autorités, a mis l’Etat devant le fait accompli et exigeait qu’il prenne les 4 millions d’euros de frais de fonctionnement annuels du camp à sa charge. Bernard Cazeneuve cède donc à ce qui ressemble à un chantage, décision qui devrait permettre au camp de la Linière de s’implanter durablement à Grande-Synthe au grand dam des riverains qui déplorent des incivilités devenues monnaie courante. Même si comme lors de la reprise en main de la jungle calaisienne, cette annonce a eu pour conséquence la baisse du nombre de migrants ramené à un peu moins de 1000, au vu des émeutes graves qui ont fait près de 60 blessés jeudi dernier à Calais, le camp de la Linière n’a pas fini de faire parler de lui.

Rédaction de Nord Actu

Crédits photo : DR

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *