Metz 3 – LOSC 2 : Injuste!

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Pour la reprise de la ligue 1, le LOSC se déplaçait chez le promu messin avec la ferme intention de se faire pardonner l’élimination européenne face à Qabala. Hormis Basa en défense centrale et bien évidemment Bouffal, Frédéric Antonetti disposait de tout son effectif.

Les dogues étaient les premiers à se mettre en action puisque dès la deuxième minute, Lopes plaçait une volée juste au-dessus. Les lillois monopolisaient le ballon et Lopes s’infiltrait  entre deux défenseurs adverses avant de s’effondrer dans la surface sans que l’arbitre ne bronche. Alors que la partie s’équilibrait, Lopes, toujours lui, manquait de tromper le gardien lorrain d’un frappe des 25 mètres juste à côté et ce n’est que justice si le portugais ouvrait la marque à la 35° en reprenant un centre de Palmieri. Juste avant la pause, Didillon, le portier grenat arrêtait de fort belle manière une tête d’Eder. Le LOSC virait logiquement en tête à la pause, Metz ne s’étant procuré aucune occasion mais allait regretter son manque d’efficacité puisque après une tête de Civelli sur la barre, Erding égalisait de près en reprenant un centre parfaitement ajusté. Piqués au vif, les lillois réagissaient puisque Bauthéac ne parvenait pas à reprendre un centre d’Amalfitano sauvé par Rivierez puis Lopes voyait sa tentative stoppée par Didillon. A vingt minutes du terme, Lopes, oublié par la défense messine, reprenait victorieusement une frappe dévissée d’Eder mais cinq minutes plus tard Sarr bénéficiait d’un penalty généreux suite à un accrochage avec Corchia ; Erding le transformait. La rencontre basculait finalement à deux minutes de la fin quand Diallo, couvert par Palmieri, se présentait face à Enyeama et bénéficiait d’un nouveau penalty imaginaire que Jouffre transformait.

Le LOSC commence donc sa saison nationale par une défaite face à un adversaire qu’il aura dominé, tirant plus de trois fois plus au but que lui, du fait d’une erreur d’arbitrage.

La légitime déception liée à cette injustice ne devra cependant pas faire oublier le manque de réalisme offensif lillois (25% de tirs cadrés seulement) malgré un très bon Lopes et la perméabilité de la défense face à une attaque adverse certes vaillante mais d’un niveau limité.

Pour sa première au stade Pierre Mauroy cette saison, les dogues recevront un autre promu samedi prochain, Dijon en l’occurrence.

Christophe Plantevin

Crédit photos : DR

Partagez sur Twitter, Facebook ou Google+
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *